| Version Arabe
Le mouvement #Masaktach donne une voix aux victimes de viol

Le mouvement #Masaktach donne une voix aux victimes de viol

Chama Rhazzaoui
2020-02-14 18:30:00
762

L’équivalent marocain du mouvement mondiale #MeToo, le collectif Masaktach (je ne me tairai pas) appelle les victimes d'agression sexuelle et de viol à témoigner de leurs expériences personnelles à travers la messagerie sur les réseaux sociaux. Le mouvement est un appel aux victimes à prendre la parole et à dénoncer leurs agresseurs.

Le 9 février, le collectif a annoncé son appel à témoignages de victimes: «Nos boites de messages Facebook et Twitter vous sont ouverts, nous publierons les témoignages que vous y envoyez. Dénoncez ces agresseurs qui agissent en toute impunité, réconfortés par votre silence. »

Passionné de donner une voix aux victimes survivantes, le collectif Masaktash lancé en septembre 2018 aide les victimes d'agression à rompre leur silence à la suite de deux cas de viol marocains importants: Khadija et Saad Lamjarred.

En racontant ses expériences après avoir été kidnappée, tatouée de force et violée pendant deux mois par 12 adultes et mineurs, l'histoire de Khadija a fait la une des journaux à travers le Maroc en 2018. Les suspects ont fait face à des accusations de trafic des êtres humains, de viol, de torture et de menaces de mort.

Un autre cas de viol qui a déclenché le lancement de Masaktach concernait Saad Lamjarred, le célèbre chanteur marocain que la police française a arrêté pour la première fois pour une allégation d'agression sexuelle à Paris, 2016. L’année suivante, la victime présumée de Lamjarred a rompu son silence en publiant une vidéo sur son expérience, y compris des photos de marques sur son dos et une lèvre meurtrie.

«Après qu'il m'ait violée, je me suis enfermée dans la salle de bain. Puis j'ai réalisé que je devais retourner dans la chambre parce que mon téléphone était là. J'ai dû appeler quelqu'un pour obtenir de l'aide. »

Les témoignages du mouvement sont publiés publiquement sur les pages Facebook et Twitter de Masaktach, utilisant les initiales des victimes pour préserver l'anonymat pendant que les victimes peuvent raconter leurs histoires.

Les citations suivantes sont quelques-unes publié sur la page Facebook de Masaktach, où des victimes marocaines de viol ont envoyé de manière anonyme au collectif leurs expériences.

"Je m'appelle K.M. J'ai été violée deux fois dans ma vie; la première fois à 6 ans, la deuxième fois à 33 ans. La première fois a violé mon innocence, la seconde a violé ma confiance en l'homme. Ils ont tous deux meurtris mon corps, blessé mon âme et dérangé mon esprit. #Masatkach ”

«Je n'ai pas pu aller ailleurs que dans les lieux publics depuis longtemps, ça m'arrive encore et encore. Aujourd'hui, j’ai 25 ans, j’ai des souvenirs de cette époque. Anxiété, troubles du sommeil et de l'alimentation. Je n'en ai jamais parlé, j'ai juste pleuré pendant longtemps à la maison, puis j'ai tout fait pour oublier cette nuit-là. En vain. J'espère que j'aurai le courage d'en parler publiquement un jour. #Masaktach ”

«Je m'appelle A. Je suis une femme transgenre. Ma première relation sexuelle a été le viol par un homme de l'âge de mon père. Je suis sorti de sa maison en pleurant. Je ne savais pas que c'était un viol jusqu'à aujourd'hui. #Masaktach”

Les agressions sexuelles et les viols restent un problème majeur au Maroc. En mai 2019, 52% des femmes marocaines ont déclaré avoir subi des violences sexuelles ou sexistes, selon le gouvernement marocain.

Pendant ce temps, 78% des hommes marocains ont convenu que les femmes qui s'habillent de manière provocante méritent d'être harcelées, selon une enquête de l'ONU de 2017. Maintenant, en 2020, les autorités judiciaires, les médias marocains et les utilisateurs des médias sociaux continuent de commenter ce que les victimes d'agression portaient ou faisaient, plutôt que de châtier l'agresseur pour l'attaque.

En 2018, le Maroc a adopté la loi no. 103-13, intitulé «Combattre la violence à l'égard des femmes». Bien qu'il s'agisse d'une loi progressiste, les obstacles pour les victimes à dénoncer les agresseurs sexuels formels persistent. La loi ne protège les victimes dufait de leurs agresseurs que si la victime dépose une plainte pénale contre elles. Il criminalise également les relations sexuelles en dehors du mariage, dissuadant les victimes de s'exprimer car elles risquent d'être elles-mêmes poursuivies. Il est difficile pour les victimes de témoigner officiellement de leur traumatisme, car les pressions sociétales et familiales contre le dépôt de plaintes pénales empêchent les victimes de s'exprimer.

Masaktach explique la difficulté de témoigner du viol: «Les paroles des survivantes doivent être rendues publiques, car la peur doit changer de positions, car les preuves de viol et d'abus sont souvent difficiles.»

Des protections comme les soins médicaux, la thérapie et les abris sont également fournis par le biais de la loi 103-13, mais uniquement pendant les poursuites pénales ou après une condamnation pénale. La loi ne criminalise pas le viol conjugal, ne donne pas de définition à la violence domestique et ne protège pas les femmes ayant des relations sexuelles en dehors du mariage.



Create Account



Log In Your Account